LE BAR À CHARCUTERIE : UNE INNOVATION PLEINE DU BIAÏS DE PIERRE, DAVID ET SIMON

La charcuterie de Millas du Moulin Mage, déjà réputée pour la qualité de ses produits a ouvert, tous les vendredis soirs de juillet-août, un bar à charcuterie où le talent de cette famille s’est exprimé de façon éclatante pour la plus grande joie des clients qui se pressaient en nombre. Tout est original, le cadre, les plats proposés, l’ambiance chaleureuse qui a ravi tous ceux qui sont venus, une ou plusieurs fois.
Pierre Zérouali nous dévoile les secrets du biaIs familial :
Quelles sont les 5 clés pour créer un concept innovant?

« Cet article n’est autre qu’un retour d’expérience sur un concept que nous avons créé, mes frères et moi : un bar à charcuteries. Depuis notre plus jeune âge, nous travaillons tous les étés dans la charcuterie familiale, la charcuterie Millas. Les tâches que nous faisions étaient sensiblement les mêmes d’un été sur l’autre : mise sous vide de produits, préparation de commandes, étiquetage de boites de conserves, etc…. Nous voulions faire autre chose, nous avons décidé en 2016 de prendre les devants et nous avons alors créé un bar à cochonailles. Cette expérience, très enrichissante, a été un vrai succès. Nous voulons donc vous partager, dans cet article, les cinq clés qui nous semblent indispensables pour créer un concept innovant. »

1. Être créatif et curieux
Nous aurions pu créer un bar à vin bar à tapas dans lequel nous aurions proposé des planches de charcuteries comme il est déjà le cas dans la majorité des bars qui pullulent en ville or nous avons décidé d’être créatif. Nous avons créé un bar à charcuteries dans lequel nous proposons une carte à base de charcuteries, bien sûr ! Notre objectif était de faire découvrir les produits de la fabrication familiale et de les mettre en valeur dans les plats que nous proposons. La curiosité est également importante avant le lancement d’un concept. En effet, nous avons eu la chance d’aller voir ailleurs, Paris, Toulouse, Montpellier, l’étranger et nous avons pu découvrir des concepts qui fonctionnent. Il faut s’en inspirer tout en apportant sa propre créativité. La combinaison de la curiosité et de la créativité feront que vous aurez, de grandes chances, de créer un concept unique.

2. Définir sa cible
Avant de nous lancer, nous avons rencontré de nombreux restaurateurs qui nous ont tous transmis le même message «vous ne pourrez pas plaire à tout le monde». Personnellement, nous avons mis du temps à intégrer ce message ce qui nous a valu de grandes réflexions dans l’élaboration de la carte et donc une perte de temps considérable. La première ébauche du menu proposait un nombre important de plats. En effet, nous voulions à la fois satisfaire le copain qui voulait une saucisse grillé, le cousin qui aimerait manger des brochettes, l’ami du cousin qui lui aimerait du filet mignon en sauce, etc… Contentez-vous définir une cible, les jeunes, les moins jeunes, les couples, les groupes d’amis, les familles et vous y verrez plus clair car les attentes de chacun et chacune ne sont pas les mêmes. Cela vous permettra donc de rester focalisé. De plus, vous gagnerez du temps lorsqu’il vous faudra fixer les prix et communiquer.

3. Faire simple !
Il est difficile de faire simple ! Nous avons tous tendance à nous disperser et à vouloir en faire trop dans le but de satisfaire tout le monde, or ce n’est pas possible (cf point n°2). Dans notre cas, nous avons élaboré une carte très simple et très épurée composée de quelques plats cuisinés (3). De plus, la carte des vins est très simple. Il vaut mieux un bon vin que dix vins moyens. Prenons comme exemple le restaurant l’Entrecôte, maintenant présent dans de nombreuses villes, il propose à sa carte un plat unique et il rencontre un succès fou ! Plus de 10 mètres de queue devant chacun des restaurants. On ne peut pas faire plus simple !

4. Privilégier la qualité
Ne pas négliger la qualité ! Vous aurez toujours un retour sur investissement. D’autant plus de nos jours où il y a une vraie sensibilisation médiatique.

5. Soigner les détails
« Le diable se cache dans les détails ». Il ne faut rien laisser au hasard. La décoration doit être soignée, les couverts bien choisis, le mobilier également.

En conclusion, nous pouvons citer une phrase d’un célèbre entrepreneur.

« Si vous n’avez pas honte de votre produit, c’est que vous l’avez sorti trop tard ». (Reid Hoffman, co-fondateur de Linkedin).

Cette phrase est également valable pour tous les concepts. D’une part, il ne faut pas avoir peur de se lancer et d’autre part, il ne faut pas hésiter à tester le concept rapidement. Dans notre cas, nous avons investi très peu d’argent, nous avons réalisé les tables et le décor nous-même avec des matériaux de récupération. Cela nous a permis d’ouvrir et de tester le concept rapidement. Nous l’avons fait évoluer avec le temps et avec les remarques de nos clients !

Sans titre 2

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s